Panneaux verts


Les joutes

« En juin on organisait des joutes qui opposaient les deux quartiers populaires de Sète : le quartier haut et la pointe courte.
Ces jeux se déroulaient dans une ambiance bon enfant. Les supporters encourageaient les équipes, avec ferveur. C’était aussi l’occasion de régler quelques différents. Le soir après les jeux, tout le monde se retrouvait sur la Place de l’Hospitalet au Bar Social, chez Vaillard, autour d’un bon repas. »

Les différentes navigations

Le cabotage : exprime une navigation qui doit se faire de cap en cap. Il y a le petit cabotage et le grand cabotage. Le petit est celui décrit en premier, le grand s’étend à toute la Méditerranée, la Baltique, l’Islande et même à Terre Neuve.
Dictionnaire  » marine à voile » Bonnefoux et Paris, 1860

Le Long Cours : la navigation au Long Cours ou navigation Hauturière est celle qu’on fait hors des limites imposée au cabotage.
Dictionnaire  » marine à voile » Bonnefoux et Paris, 1860

Ce qui est hors des limites :
au Nord : 72° de Latitude N
au Sud : 30° de Latitude N
à l’Ouest : 15° de Longitude Ouest du Méridien de Paris
à l’Est : 44° de Longitude Est du Méridien de Paris
Dictionnaire de Marine : R. Gruss 1945

Cargo

Paquebot

Vue portuaire : on peut voir un Brick-Goélette, une drague à godets, un paquebot, une catalane et une nacelle.

La Santé

Ce bâtiment d’architecture vénitienne abritait, avant la 2ème guerre mondiale, le bureau de la Santé. C’est là qu’étaient contrôlées les patentes des navires en provenance de pays étrangers, sujets aux épidémies.

Courrier d’Algérie

Les services postaux Franco-Algériens étaient assurés, en début du Siècle dernier, par une ligne régulière. Le paquebot « Medjerda » , courrier postal régulier, embarquait aussi des passagers et parfois des troupes, à destination des ports algériens.

« Des chantiers navals répartis un peu partout à Sète. De la Plagette au bord de l’Étang, en passant par les berges des canaux, et du port au bout du môle, on construisait, on calfatait, on réparait, sur les chantiers sétois.
Stento, Aversa, Repetto, Camarotta, Ricciardi, Alègre, étaient charpentiers de marine. Il fallait 3 à 5 jours pour construire une Nacelle, 3 à 4 mois pour une Catalane et jusqu’à 7 mois pour un Bateau-bœuf. On construisait aussi des gabares et on carénait évidemment ».
« Le carénage consistait à nettoyer la carène de bâbord à tribord. Une fois débarrassé des cordages et du lest, le bateau était remorqué jusqu’au chantier de radoub. À l’aide d’un palan, on mettait le bateau – à la bande – et on enduisait les œuvres vives à l’aide d’un goudron spécial, le Coltar. Cela durait une journée. Il fallait répéter l’opération deux fois par an. »

Naufrages

Les Transports Urbains

Inaugurée en 1901, la Compagnie des Transports de Sète devait révolutionner les transport en commun.
Jusqu’en 1933, quatre lignes principales assuraient ainsi la desserte de la ville. Toujours bondés, les Tramways roulaient de 6h du matin à 21h. À bord, le Wattman, l’encaisseur et le contrôleur veillaient au bon fonctionnement du Wagon.
On croisait encore des tramways à cheval, tandis que, stationnant le long des quais, des calèches avec leur cocher qui assuraient encore, au début du siècle, un service de voitures publiques.

Les Balancelles

Radoub